COMMUNIQUE DE PRESSE

 



C.S./36-2011 –

 

 

Dans le JDD du 16 janvier, Martin HIRSCH a eu des propos très forts à l’encontre des laboratoires pharmaceutiques et notamment des visiteurs médicaux : « Mettons les labos à la porte des hôpitaux, de la formation initiale et continue des médecins. Bannissons les visiteurs médicaux des cabinets ». Ces propos ont été repris par Xavier BERTRAND qui a fait preuve de la même démesure.

La Fédération de la Pharmacie FORCE OUVRIERE affirme que les visiteurs médicaux ne sont en aucun cas responsables du mésusage du Médiator et qu’ils ne doivent pas devenir les « lampistes » dans cette triste affaire. La responsabilité en incombe exclusivement aux autorités de tutelle qui n’ont pas su faire preuve de la vigilance nécessaire. Ce ne sont pas les visiteurs qui maintiennent l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments. Ce ne sont pas eux également qui choisissent les indications dans lesquelles les médicaments sont utilisés. Cela relève exclusivement des laboratoires auxquels les visiteurs obéissent.

La profession de visiteur médical est désormais très encadrée avec une charte précise et une certification des réseaux qui garantit la conformité du discours avec la position des autorités de santé. Toute dérive ne peut donc être imputée aux visiteurs médicaux. Les visiteurs médicaux ne sont pas des vendeurs et doivent par contrat donner une information fiable permettant le bon usage des médicaments. Ils ne peuvent être tenus pour responsables des manquements des donneurs d’ordre ou des autorités de contrôle. Cette profession est déjà lourdement impactée par les nombreux plans de sauvegarde de l’emploi actuels et il est irresponsable vis-à-vis desdits emplois de proposer de rayer ce métier d’un simple trait de plume en l’accusant, qui plus est, d’être responsable des augmentations de prescriptions et du déficit de la Sécurité Sociale.

FORCE OUVRIERE qui est toujours aux côtés des salariés menacés, soutient et soutiendra toujours les visiteurs médicaux, n’accepte pas ces propos et espère que le syndicat patronal de l’Industrie Pharmaceutique (LEEM) prendra toutes ses responsabilités dans cette affaire.

Paris, le 18 janvier 2011.

Contact : Jacques TECHER

01.40.52.85.62.

 

Télécharger le document original

Cliquer sur l'icône

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×