RSA ET «SERVICE SOCIAL» OBLIGATOIRE

Voix de presse

 


Le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, a déclaré, dimanche, vouloir déposer un projet de loi pour instaurer un plafonnement du cumul de tous les minima sociaux à 75% du SMIC et imposer à tous les bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active) un «service social» de cinq heures hebdomadaires. Un service de travail obligatoire en quelque sorte...

Les Échos
Laurent Wauquiez «a annoncé son intention de déposer dans les dix jours une proposition de loi imposant notamment à tout bénéficiaire du RSA de faire «cinq heures de travail social» par semaine, non payées». Une idée directement inspirée du gouvernement conservateur britannique.

La Provence
«Quelle est, pour moi, la principale injustice dans notre pays? C’est que celui qui travaille n’ait pas un véritable écart avec celui qui bénéficie des minima sociaux», a-t-il dit sur RMC et BFM TV. «Cette situation-là est pour moi le cancer de la société française.» Comme quoi le Dr Diafoirus a trouvé un emploi.

La Tribune
«Laurent Wauquiez veut limiter l’assistanat», et a évoqué «la possibilité que les allocataires assument des tâches de surveillance des sorties d’école, de nettoyage ou d’accueil de services publics». Et pourquoi pas à Pôle emploi tant qu’on y est?

Le Parisien
«Cela me paraît encore une fois, comme d’habitude avec ce gouvernement, désigner les chômeurs, ceux qui bénéficient du RSA comme les responsables, comme les coupables, comme les boucs émissaires de la crise, et ça c’est tout à fait insupportable», a estimé un député de l’opposition.

Le Figaro
«Le RSA, ce n’est pas de l’assistanat, c’est la société qui assure un moyen de survivre à des gens qui sont au bout de tout», a estimé une autre personnalité de l’opposition pour qui ces propos ont pour but «d’essayer de rameuter l’électorat d’extrême droite et de diviser notre peuple». La campagne électorale tend à creuser des sillons...

France-Soir
Les propos tenus par Laurent Wauquiez sont «démagogiques», a déclaré Nicole Maestracci, la présidente de la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale), ajoutant que «la réalité aussi c’est que Pôle emploi, qui devait accompagner les personnes bénéficiaires du RSA, a beaucoup de mal à le faire».

La Croix
«Il y a toujours l’idée qu’il y a des gens qui sont des fainéants, qui touchent une prestation sans rien faire et la réalité n’est pas celle-là», a jugé Nicole Maestracci. Pour elle, «le principal problème, c’est qu’aujourd’hui il n’y a pas d’emplois pour un certain nombre de personnes très en difficulté». Emploi, vous avez dit emploi?

RSA Voix de presse

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×