SNFOLC Aisne

RENTRÉE 2011 : ANNULATION DES SUPPRESSIONS et CRÉATION DES POSTES ET DES CLASSES NÉCESSAIRES !



 

 



Le SNFOLC Aisne a pris connaissance de la situation inacceptable faite à plusieurs centaines d’élèves du département.

À ce jour, 224 élèves entrant en seconde n’ont aucune affectation, dont 68 sur le seul secteur de Chauny.

Pour le SNFOLC 02, cette situation est à mettre au compte des 16 000 suppressions de postes décidées par le Ministère de l’Éducation nationale pour la rentrée 2011 au nom de la « réduction des déficits publics », ainsi que des « réformes » qui organisent le démantèlement de l’École publique (réforme du lycée, réforme des filières STI, réforme du bac professionnel en 3 ans, dispositif ECLAIR…).

Dans les collèges de l’Aisne, aucun poste de professeur n’a été créé pour la rentrée, alors que 660 élèves de plus qu’à la rentrée précédente sont attendus, ce qui entraîne des suppressions d’heures, de postes et de classes dans près de la moitié des établissements, avec, pour conséquence, notamment, des classes à 28, voire 30 élèves dés la sixième.

Dans les lycées et lycées professionnels, plus d’une cinquantaine de postes de professeurs ont été supprimés, et, avec les réformes des STI et du bac professionnel en 3 ans, des options et filières entières sont fermées.

Le SNFOLC Aisne rappelle que le 10 mars dernier, une délégation du lycée Gay Lussac de Chauny, composée de professeurs et parents d’élèves, avec des représentants du SNES, du SNFOLC et du SGEN-CFDT, s’est rendue au rectorat pour demander l’annulation de la suppression de 120 heures sur la dotation horaire de leur établissement, et la création des classes nécessaires. Les représentants du recteur ont alors répondu que si les classes de seconde des deux lycées de Chauny, les lycées Gay Lussac et Jean Macé, atteignaient le seuil de 35 élèves, des moyens supplémentaires seraient débloqués pour accueillir tous les élèves.

La création des classes nécessaires, c’est ce que continuent à demander, aujourd’hui les professeurs et les parents de Chauny, alors que 68 élèves sortant de troisième demeurent sans affectation en seconde générale.

À la veille des congés d’été, dans certains collèges, comme le collège Jean Racine à Château-Thierry, les professeurs apprennent la suppression de classes, entraînant une surcharge des effectifs et une dégradation des conditions d’enseignement.

Le 30 mars, le SNFOLC 02 était au ministère, dans la délégation de professeurs, parents et élus de l’Aisne, avec le SNUDI-FO, le SNUIPP-FSU et le SE-UNSA, pour exiger l’arrêt des fermetures de classes et des suppressions de postes.

Le SNFOLC 02 rappelle que le préambule de la Constitution de 1946, confirmé par la Constitution de 1958, stipule : « La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État. »

Par conséquent, le SNFOLC 02 continue, et continuera à demander

--> l’annulation des suppressions de postes, des fermetures de classes et d’options, le rétablissement des postes supprimés et la création des postes et classes nécessaires ;


--> l’abandon des contre-réformes qui organisent le démantèlement de l’école publique (réforme du lycée, réforme des filières STI, réforme du bac professionnel en 3 ans, dispositif ECLAIR…).

Le SNFOLC 02 tient à exprimer son soutien aux familles qui demandent l’ouverture de classes pour accueillir leurs enfants, et rappelle que c’est le droit de chaque élève d’être inscrit dans un établissement public, et dans la filière de son choix.

 

Télécharger le document

Clic sur l'icone ci-dessous

 

Format pdf

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×