RSA

LE TRAVAIL OBLIGATOIRE DE 7 HEURES POUR LES ALLOCATAIRES DU RSA: UNE PROVOCATION DE PLUS ET UNE MÉCONNAISSANCE DE LA SITUATION DES PERSONNES

COMMUNIQUÉ

 

LE TRAVAIL OBLIGATOIRE DE 7 HEURES POUR LES ALLOCATAIRES DU RSA:

UNE PROVOCATION DE PLUS ET UNE MÉCONNAISSANCE DE LA SITUATION DES PERSONNES

 

Le président de la République a pris position lors de son discours du 15 novembre 2011 sur le fait d’expérimenter le travail obligatoire de 7 heures pour les bénéficiaires du RSA.

Le Président reprend ainsi à son compte une des propositions de Marc Philippe Daubresse dans son rapport remis cet été mais contredit de ce fait les propos de la Ministre des Solidarités actives qui annonçait en octobre, lors d’un déplacement en Savoie, l’expérimentation de Contrats Unique d’Insertion de 7 heures pour les bénéficiaires du RSA mais seulement basés sur le volontariat.

Cette annonce du président de rendre le travail obligatoire est pour FO une véritable provocation et une défiance à l’égard des plus faibles et des plus en difficultés, notamment sur le marché de l’emploi. C’est même en quelque sorte le retour du travail forcé!

En effet, comment imaginer un seul instant que ces personnes n’auraient pas le droit, sous prétexte des difficultés qu’elles rencontrent, d’aspirer à un emploi qui leur permette de vivre décemment et qui leur apporte un minimum de considération morale et sociale.

Imposer un travail obligatoire de 7 heures par semaine sans se préoccuper de savoir si les dispositifs d’accompagnement social et professionnel prévus par la loi créant le RSA existent et sont efficaces est une gageure et relève de la démagogie.

Force Ouvrière exprime ainsi sa vive opposition à cette mesure qui n’aura pour conséquence que de fissurer encore un peu plus la cohésion sociale et la solidarité dans notre pays.

http://www.force-ouvriere.fr
 

RSA ET «SERVICE SOCIAL» OBLIGATOIRE

Voix de presse

 


Le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, a déclaré, dimanche, vouloir déposer un projet de loi pour instaurer un plafonnement du cumul de tous les minima sociaux à 75% du SMIC et imposer à tous les bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active) un «service social» de cinq heures hebdomadaires. Un service de travail obligatoire en quelque sorte...

Les Échos
Laurent Wauquiez «a annoncé son intention de déposer dans les dix jours une proposition de loi imposant notamment à tout bénéficiaire du RSA de faire «cinq heures de travail social» par semaine, non payées». Une idée directement inspirée du gouvernement conservateur britannique.

La Provence
«Quelle est, pour moi, la principale injustice dans notre pays? C’est que celui qui travaille n’ait pas un véritable écart avec celui qui bénéficie des minima sociaux», a-t-il dit sur RMC et BFM TV. «Cette situation-là est pour moi le cancer de la société française.» Comme quoi le Dr Diafoirus a trouvé un emploi.

La Tribune
«Laurent Wauquiez veut limiter l’assistanat», et a évoqué «la possibilité que les allocataires assument des tâches de surveillance des sorties d’école, de nettoyage ou d’accueil de services publics». Et pourquoi pas à Pôle emploi tant qu’on y est?

Le Parisien
«Cela me paraît encore une fois, comme d’habitude avec ce gouvernement, désigner les chômeurs, ceux qui bénéficient du RSA comme les responsables, comme les coupables, comme les boucs émissaires de la crise, et ça c’est tout à fait insupportable», a estimé un député de l’opposition.

Le Figaro
«Le RSA, ce n’est pas de l’assistanat, c’est la société qui assure un moyen de survivre à des gens qui sont au bout de tout», a estimé une autre personnalité de l’opposition pour qui ces propos ont pour but «d’essayer de rameuter l’électorat d’extrême droite et de diviser notre peuple». La campagne électorale tend à creuser des sillons...

France-Soir
Les propos tenus par Laurent Wauquiez sont «démagogiques», a déclaré Nicole Maestracci, la présidente de la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale), ajoutant que «la réalité aussi c’est que Pôle emploi, qui devait accompagner les personnes bénéficiaires du RSA, a beaucoup de mal à le faire».

La Croix
«Il y a toujours l’idée qu’il y a des gens qui sont des fainéants, qui touchent une prestation sans rien faire et la réalité n’est pas celle-là», a jugé Nicole Maestracci. Pour elle, «le principal problème, c’est qu’aujourd’hui il n’y a pas d’emplois pour un certain nombre de personnes très en difficulté». Emploi, vous avez dit emploi?

COMMUNIQUE - EMPLOI

COMMUNIQUÉ

EMPLOI

 

FO DÉNONCE LE « ATTENTION CHÔMEURS MÉCHANTS ! »

 

Certains députés de la majorité ont décidé de s’occuper des chômeurs !

A cet égard les propositions de loi fleurissent. Le député Pierre LANG propose d’imposer des Travaux d’Intérêt Général aux chômeurs de plus de 6 mois. D’autres souhaitent obliger certains bénéficiaires du RSA à effectuer des travaux à titre gratuit pour la collectivité.

Derrière ces propositions se cache une philosophie bien connue : « tous ces gens profitent du système et sont des assistés ».

Force Ouvrière tient à rappeler que les demandeurs d’emploi, lorsqu’ils s’inscrivent à Pôle emploi, doivent signer un Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE) qui les oblige à faire des recherches actives d’emploi sous peine de perdre leurs allocations.

Rappelons également que c’est cette même majorité qui a fait voté la loi du 1er aout 2008 durcissant la définition de l’ORE (Offre Raisonnable d’Emploi) que le chômeur ne peut refuser.

Concernant le RSA, FORCE OUVRIERE souligne enfin que les bénéficiaires de ce revenu qui ne travaillent pas doivent suivre un parcours d’insertion avec un ensemble d’obligations qui en découlent, parcours élaboré et décidé et par les conseils généraux (assiduité, recherche d’emploi, action de formation obligatoire etc.).

Alors qu’il y a plus de 4 millions de demandeurs d’emploi dans ce pays, FORCE OUVRIERE appelle les parlementaires à plus de retenue et à arrêter de stigmatiser des personnes en situation de grande fragilité financière et sociale.

Par conséquent, au lieu de faire la chasse à des boucs émissaires , FORCE OUVRIERE appelle les parlementaires à relire attentivement les lois qu’ils votent et souligne qu’il est de leur responsabilité de voter des lois qui créent une dynamique économique et sociale source de croissance économique et de créations d’emplois et non de valider des logiques d’austérité.

LES CAF AU BORD DE L IMPLOSION: UNE SEULE CAUSE LES RESTRICTIONS BUDGÉTAIRES

AU BORD DE L IMPLOSION: UNE SEULE CAUSE LES RESTRICTIONS BUDGÉTAIRES

 

FO dénonce les effets d’une convention d’objectifs et de gestion dévastatrice.

L’asphyxie des Caisses d’Allocations Familiales est aujourd’hui un constat sur l’ensemble du territoire. Les 123 CAF connaissent des difficultés croissantes face à des missions nouvelles et à venir :

• mise en place du RSA,
• déclaration trimestrielle de ressources des bénéficiaires de l’AAH,
• RSA jeune,
• l’extension du RSA dans les DOM,
• gestion de l’accès à la CMUc,
• mise en place des actions de prévention des expulsions locatives.

Tous les indicateurs révèlent une dégradation profonde de la qualité de service que les allocataires sont en droit d’attendre des Caisses d’allocations familiales. Qu’il s’agisse du traitement des appels téléphoniques, des délais de traitement des demandes de minima sociaux ou du courrier, les chiffres révèlent une tendance qui va dans le sens d’une détérioration importante.

Force Ouvrière tient à rappeler que derrière ces chiffres, il y a des personnes : des allocataires pour qui les prestations servies par la branche sont de plus en plus souvent le dernier rempart avant l’exclusion des personnels qui subissent de plus une charge de travail ingérable, générant stress et pénibilité.

En 2009, la Confédération Force Ouvrière avait dénoncé l’impossibilité d’assumer une telle charge de travail sans moyens supplémentaire dans le réseau et avait voté contre la convention d’objectif et de gestion 2009-2012. Malgré nos vives réticences, la majorité de gestion du conseil d’administration de la CNAF avait soutenu la signature de la COG qui de toute évidence n’apportait pas les moyens suffisants pour faire face aux besoins existants et à venir. Une clause de revoyure inscrite dans la COG prévoyait la possibilité pour le Gouvernement de suspendre le non renouvellement d’un départ en retraite sur deux et d’affecter des moyens supplémentaires en cas de difficultés liés au RSA. A ce jour, le Gouvernement à clairement notifié une fin de non recevoir par rapport à cette clause de revoyure.

FO dénonce l’attitude gouvernementale qui revient à faire exploser le réseau des CAF, tout en sachant qu’un million de chômeurs en fin de droit viendront augmenter le nombre des bénéficiaires des minimas sociaux et des prestations familiales en 2010. FO exige l’attribution des moyens nécessaires au fonctionnement du réseau. Cela passe bien évidement par la pérennisation des emplois en CDD, des embauches supplémentaires et la suspension de l’application de la RGPP à la branche famille.



/www.force-ouvriere.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×