Jean-Claude Mailly

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR EUROPE 1 - 1er MAI 2010


/// MULTIMEDIA DU 01/05/2010

Dossier retraites

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR EUROPE 1

Jean-Claude Mailly étaitl’invité Dominique Souchier, samedi 1er mai à 9h10, sur Europe 1.

RETRAITES: LA MÈRE DES REVENDICATIONS

Éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, daté du mercredi 31 mars 2010

 

RETRAITES: LA MÈRE DES REVENDICATIONS

 


Comme la Commission exécutive confédérale l’avait décidé, Force Ouvrière a marqué presque partout sa visibilité à l’occasion du 23 mars, sur nos positions. Pour nous, le 23, c’était sur les retraites car cette question, mise à l’ordre du jour par les pouvoirs publics, devient «la mère des revendications». Quand on parle des retraites, on parle des salaires, de l’emploi et des régimes sociaux, donc de la république sociale.

À Paris, le 23 mars, Force Ouvrière a manifesté à part, le matin, sur nos positions. Les unions départementales d’Île-de-France, appuyées par dix unions départementales alentour, ont réuni 10 000 personnes dans la manifestation et le meeting qui s’est tenu à l’issue de celle-ci, place Denfert-Rochereau.

À cette occasion, j’ai réaffirmé les raisons de notre décision et expliqué que c’était maintenant qu’il fallait annoncer la couleur. C’est-à-dire afficher clairement et publiquement nos positions et les moyens d’action pour les faire aboutir. Ce n’était pas utile d’attendre le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR), car nous savons déjà que ce sera le même en pire, compte tenu de la crise.

Rappelons en outre que nous ne serons engagés en rien par le rapport du COR. Comme j’ai eu l’occasion de le dire: «le «COR au pied» et «les revendications en marche!» Ce fut aussi l’occasion de souligner que nous n’étions pas amnésiques, que nous nous souvenions de 2003 et de 2009.

Oui, nous pouvons gagner si l’unité d’action est claire, sans ambiguïté, tant dans les revendications que les moyens d’action.

Sur ces derniers, nous avons expliqué que nous n’étions pas d’accord avec les manifestations ricochet (à répétition), qui finissent toujours par tomber à l’eau et que nous reformulions notre proposition d’un appel commun, sur des revendications claires, à 24 heures de grève interprofessionnelle, public et privé.

Le gouvernement prendrait de gros risques – qui plus est, il est déjà affaibli – s’il ne répondait pas à la suite d’une telle journée réussie.

Dans ces conditions, le 1er mai sera pour Force Ouvrière un 1er Mai «unitaire FO», sur nos positions.

C’est pourquoi nous ne nous sommes pas rendus à la réu-nion entre syndicats du 30 mars, dont l’objet est de programmer des manifestations à répétition, ce qu’on pourrait appeler un steeple-chase manifestif. L’opposition raisonnable est du même acabit que l’accompagnement.

Il est également important que partout, dans les entreprises, services publics et administrations, les militant(e)s expliquent nos positions pour convaincre les travailleurs de leur bien-fondé et préparer activement le rapport de forces.

La crise n’est pas terminée, loin s’en faut. La consommation des ménages vient de chuter pour le deuxième mois consécutif.

Pour sortir de cette crise, les travailleurs doivent se faire respecter collectivement et avec détermination. Ils n’ont pas à payer la facture d’une crise dont ils ne sont en rien responsables.


FO Hebdomadaire - MARS 2010

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR FRANCE INFO - MULTIMEDIA DU 23/03/2010 - Dossier retraites

FO a défilé à Paris, rassemblant près de 10.000 personnes. Pour Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, il est important de mettre l’accent sur les retraites.

COMMUNIQUE DU 3 Février 2010

 

COMMUNIQUE

 

 

Jean-Claude MAILLY s’étonne de la tonalité des propos tenus ce matin sur une radio par François CHEREQUE, Secrétaire Général de la CFDT, à l’encontre de FO. Etre tendu ne justifie pas tout.

 

Lire la suite

40 ANS, C’EST DÉJÀ TROP!

 

   40 ANS, C’EST DÉJÀ TROP! 

 Télécharger l'affichette

 Format pdf

Clic sur l'aperçu !

 

 

Même si le gouvernement n’a pas encore fait connaître officiellement ses intentions en matière de retraite, on voit très bien que le débat est lancé à travers les ballons d’essai et prises de position diverses, y compris sur le plan politique.

Lire la suite

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY - DES VŒUX AUX REVENDICATIONS

 

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 20 JANVIER 2010

 

 

 

DES VŒUX AUX REVENDICATIONS

 

 

À l’occasion de ses «vœux aux partenaires sociaux» le 15 janvier, le président de la République a évité les provocations, renvoyant à une réunion, le 15 février, la présentation de «l’agenda social».

Cette prudence est évidemment en lien avec les élections politiques régionales qui auront lieu dans deux mois.

Revenant sur l’année 2009, il a de nouveau salué «la responsabilité» des partenaires sociaux, tout en récusant les pratiques de cogestion ou de coproduction. La presse a interprété comme un soutien au Secrétaire général de la CGT ses propos sur la critique interne à certaines organisations.

Il a tenu enfin à réaffirmer l’objectif de l’emploi et la nécessité du débat sur les retraites, compte tenu notamment de l’augmentation continue de l’espérance de vie en y ajoutant les questions de pénibilité et de la dépendance.

Rappelons que la question de la pénibilité aurait dû être réglée depuis longtemps et qu’elle ne saurait justifier un allongement de la durée de cotisation pour la retraite.

Les critères de pénibilité physique sont connus. Il suffit maintenant d’imposer aux entreprises une cotisation faible, mutualisée, permettant de financer des départs anticipés. Ce que le patronat refuse, notamment par manque de solidarité patronale.

Les employeurs dont les activités ne sont pas concernées par la pénibilité physique ne veulent pas payer pour les autres.

Il convient enfin, pour limiter les activités pénibles, de travailler en amont sur les conditions de travail.

S’agissant du pouvoir d’achat, le président de la République a souligné de nouveau que, contrairement à d’autres pays, il a continué à progresser en France. Que ce soit moins pire qu’ailleurs est une chose (c’est notamment dû aux revenus des prestations sociales), mais il ne faut pas se fier aux moyennes car elles recouvrent des situations plus que contrastées.

Pour nombre de salariés, le pouvoir d’achat a chuté, c’est ce qui explique d’ailleurs la remontée des revendications salariales.

D’autant que nombre d’entreprises, s’appuyant sur la faible inflation de 2009, veulent serrer la vis en 2010 alors que la hausse des prix devrait repartir (+1,5% prévu).

Il importe donc, dans ce contexte, que nous gardions le cap et réaffirmions l’ensemble de nos revendications.

C’est en particulier ce que nous avons fait le 18 janvier lors d’une conférence de presse.

 

www.force-ouvriere.fr

Lire la suite

GUIDE FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE - 4ème édition - 2010

GUIDE FORCE OUVRIÈRE DU SALARIÉ INTÉRIMAIRE

4ème édition - 2010

Cliquer l'image pour télécharger le Guide

Format pdf

Lire la suite

Jean-Claude Mailly : 2010, Tout est possible ?


L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

2010 ?
TOUT EST POSSIBLE
Il ne faut pas être grand clerc pour constater que, face à une crise profonde du système capitaliste, le changement de modèle n’est pas à l’ordre du jour.

Certes, les États sont intervenus massivement et financièrement depuis l’automne 2008, évitant ainsi un scénario du type des années 1930. Entre sauvetage des banques et plans de relance, ce sont de milliers de milliards d’euros qui ont ainsi été engagés dans le monde.



 

Lire la suite

LA LIBERTÉ SYNDICALE S AFFIRME

Alors que le chef de l’État s’autosatisfait de sa gestion de la crise, FO a affiché son ambition d’exprimer les revendications des salariés et d’œuvrer pour que l’action efficace les fasse aboutir. Elle se démarque de certaines formes de relations sociales institutionnalisées.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site