Ethicon

BOUFFÉE D’OXYGÈNE POUR LES SALARIÉS D’ETHICON

Industrie pharmaceutique

BOUFFÉE D’OXYGÈNE POUR LES SALARIÉS D’ETHICON

 

La justice annule la fermeture du site de fabrication de matériel chirurgical appartenant au géant américain Johnson & Johnson. Une victoire pour les syndicats, en particulier FO qui dénonçait des «licenciements boursiers».

Bouffée d’oxygène pour les 323 salariés d’Ethicon. Le tribunal vient en effet d'annuler les procédures licenciements et de fermeture de leur usine de matériel chirurgical à Auneau (Eure-et-Loir). Dans un jugement rendu vendredi dernier, le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) considère que cette filiale du géant américain Johnson & Johnson ne «connaît pas de difficultés économiques» et qu'elle s'insère dans un groupe «dont les bénéfices ne cessent de croître». Et d’estimer que «les considérations de l'entreprise sur la sauvegarde de la compétitivité en raison de l'évolution du marché n'est pas pertinente». De quoi balayer les arguments des dirigeants d'Ethicon qui affirmait qu’ils disposaient d'«un motif économique sérieux et réel - la sauvegarde de la compétitivité - dans un contexte de baisse des prix des sutures» chirurgicales.

Le Tribunal a suivi ainsi les arguments déployés à l’audience le 9 septembre dernier par l’avocat des salariés et des syndicats, en particulier FO, qui n’a eu de cesse de dénoncer des «licenciements boursiers» (voir notre article et la vidéo du 12 septembre 2011). Ce projet de fermeture ne visait «en réalité qu'à permettre une délocalisation de l'activité française vers les entreprises du groupe basées dans des pays à bas coût social aux fins de générer une profitabilité complémentaire», avait expliqué notamment Maître Philippe Brun.

Pour Eric Jarry, secrétaire général de l’Union départementale FO d’Eure-et-Loir, «c’est un résultat positif et c’est le fruit d’un combat sans relâche des salariés face à une direction qui voulait foutre en l’air l’entreprise sans autre forme de procès». Et le leader syndical de rappeler que «le groupe pharmaceutique Johnson et Johnson un bénéfice net en 2010 à 13,3 milliards de dollars… en hausse de 8,7%!». Du coup, on respire de nouveau à Auneau où Ethicon est le premier employeur de cette ville de 4.000 habitants. «Après le choc et la colère, les salariés retrouvent le sourire. Et même s’ils savent que la bataille n’est pas terminée puisque la direction a décidé de faire appel, leur détermination et la solidarité restent intactes pour aller jusqu’au bout», souligne, la secrétaire FO du Comité d’entreprise Kerstin Jardé.

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site