emploi

FEDECHIMIE - Semaine 49 du 05 au 10 - 12 - 2011

FEDECHIMIE-CGTFO


Semaine 49 du 05 au 10 - 12 - 2011


FEDECHIMIE - Semaine 45 du 07 au 12 - 11 - 2011

FEDECHIMIE-CGTFO


Semaine 45 du 07 au 12 - 11 - 2011

fedechimiedecembre.jpg




A chaque pays sa crise !

 

COMMUNIQUÉ

LE SALARIÉ CORVÉABLE …SANS MERCI !


Force Ouvrière s’insurge contre l’adoption par l’Assemblée Nationale en première lecture de certaines dispositions de la proposition de loi Warsman.  

En particulier, elle s’oppose fermement à la disposition qui vise à autoriser l’employeur, sous couvert d’un accord collectif, à moduler le nombre d’heures travaillées sans que cela constitue une modification du contrat de travail nécessitant l’accord exprès du salarié.   

Il ne s’agit pas d’une simple mesure de simplification mais d’une véritable modification du code du travail qui n’a pour objectif que de contrer une jurisprudence de la Cour de cassation devenue source d’inquiétude pour les employeurs…   

FO dénonce cette atteinte portée aux droits fondamentaux des salariés et en particulier à leur vie familiale et personnelle et qui introduit à leur encontre encore plus de flexibilité qu’ils devront subir sans pouvoir  s’y opposer.   

FO rappelle son attachement à la liberté contractuelle et à l’autonomie de la négociation collective qui ont été fragilisées ces dernières années par les différentes interventions du législateur favorisant en particulier la négociation dérogatoire.   

Un juste équilibre doit être recherché entre négociation collective et contrat de travail et ne peut être trouvé que par la réaffirmation du principe de faveur.   

C’est pourquoi FO réaffirme son opposition et demande le retrait de cette disposition source d’insécurité juridique pour les salariés.   

EMPLOI - CHÔMAGE - FORMATION



EMPLOI - CHÔM. - FORMATION

 

DE L’ART D’INSTRUMENTALISER POLITIQUEMENT LA NÉGOCIATION COLLECTIVE


Depuis quelques mois, les organisations syndicales et patronales négocient ou se rencontrent sur des sujets aussi divers que les jeunes face à l’emploi, le paritarisme, les instances représentatives du personnel. La pratique contractuelle, la négociation collective font partie de la tradition du mouvement ouvrier pour défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs. C’est l’une des formes du rapport de forces, qui peut aboutir parfois au compromis qu’est l’accord collectif.

Mais parfois un choc des «titans» se produit entre le contrat et la loi! C’est le cas actuellement avec la proposition de loi déposée par le député Gérard Cherpion et qui relève l’obligation du nombre d’alternants dans les entreprises de plus de 250 salariés (passage de 3% à 4%). Si l’entreprise n’atteint pas ce quota, elle est pénalisée en payant une Contribution supplémentaire d’apprentissage (CSA). La Confédération avait déjà fait savoir qu’elle n’était pas opposée à cette hausse, dans la mesure où, parfois, les contrats en alternance sont un des moyens pour des jeunes de mieux s’insérer dans l’emploi.

Et là, le patronat entre en scène! Avec un empressement inconnu jusqu’alors, il faut à tout prix parler de l’alternance. Résultat: un article permettant de déroger à la taxe supplémentaire d’apprentissage si les branches professionnelles affichent un taux de progression de contrat en alternance d’au moins 10% par an! Impressionnant! Petit problème, tout le monde sait que ce texte est totalement inapplicable, ne serait-ce que parce qu’il pose la question fondamentale de l’égalité de traitement devant la loi fiscale. Mais peu importe, trois signataires sont trouvés (CFDT, CFE-CGC, CFTC) et le patronat de brandir ce texte devant les parlementaires en leur demandant de respecter la volonté absolue des signataires.

Quelle est la morale de cette histoire? il y en a au moins deux: premièrement, certains se prennent pour des colégislateurs, déniant aux élus du peuple le pouvoir de modifier un texte lorsqu’il émane d’un accord collectif, ce qui revient, accessoirement, à remettre en cause le droit d’amendement, qui est un droit constitutionnel, et c’est confondre délibérément démocratie politique et démocratie sociale. Deuxièmement, la négociation collective est un des instruments de l’indépendance syndicale. L’utiliser à des fins politiques, c’est nier ce pourquoi elle est faite, la recherche d’un compromis temporaire entre des intérêts fondamentalement antagonistes.

Finalement, d’aucuns ont préféré un mauvais accord à la loi. Force Ouvrière n’est pas rentrée dans ce jeu mortifère, qui a uniquement pour objectif d’affaiblir la négociation collective et donc l’une des facettes du rapport de forces indispensable à la sauvegarde des intérêts des travailleurs.

 

Article de Stéphane Lardy, Secrétaire confédéral, paru dans FO Hebdo n°2993

COMMUNIQUE - EMPLOI

COMMUNIQUÉ

EMPLOI

 

FO DÉNONCE LE « ATTENTION CHÔMEURS MÉCHANTS ! »

 

Certains députés de la majorité ont décidé de s’occuper des chômeurs !

A cet égard les propositions de loi fleurissent. Le député Pierre LANG propose d’imposer des Travaux d’Intérêt Général aux chômeurs de plus de 6 mois. D’autres souhaitent obliger certains bénéficiaires du RSA à effectuer des travaux à titre gratuit pour la collectivité.

Derrière ces propositions se cache une philosophie bien connue : « tous ces gens profitent du système et sont des assistés ».

Force Ouvrière tient à rappeler que les demandeurs d’emploi, lorsqu’ils s’inscrivent à Pôle emploi, doivent signer un Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE) qui les oblige à faire des recherches actives d’emploi sous peine de perdre leurs allocations.

Rappelons également que c’est cette même majorité qui a fait voté la loi du 1er aout 2008 durcissant la définition de l’ORE (Offre Raisonnable d’Emploi) que le chômeur ne peut refuser.

Concernant le RSA, FORCE OUVRIERE souligne enfin que les bénéficiaires de ce revenu qui ne travaillent pas doivent suivre un parcours d’insertion avec un ensemble d’obligations qui en découlent, parcours élaboré et décidé et par les conseils généraux (assiduité, recherche d’emploi, action de formation obligatoire etc.).

Alors qu’il y a plus de 4 millions de demandeurs d’emploi dans ce pays, FORCE OUVRIERE appelle les parlementaires à plus de retenue et à arrêter de stigmatiser des personnes en situation de grande fragilité financière et sociale.

Par conséquent, au lieu de faire la chasse à des boucs émissaires , FORCE OUVRIERE appelle les parlementaires à relire attentivement les lois qu’ils votent et souligne qu’il est de leur responsabilité de voter des lois qui créent une dynamique économique et sociale source de croissance économique et de créations d’emplois et non de valider des logiques d’austérité.

FEDECHIMIE CGTFO - Semaine 52 du 27 au 31 - 12 - 2010

FEDECHIMIE CGTFO

 

REVUE DE PRESSE

 

Semaine 34 du 23 au 29 - 08 - 20 2010

 

 

 

 

Cliquer ci-dessous pour ouvrir le document


 


FEDECHIMIE CGTFO - Semaine 34 du 23 au 29 - 08 - 20 2010

FEDECHIMIE CGTFO

 

REVUE DE PRESSE

 

Semaine 34 du 23 au 29 - 08 - 20 2010

 

 

 

 

Cliquer ci-dessous pour ouvrir le document

FORMAT PDF

 

FEDECHIMIE CGTFO - Semaine 33 du 16 au 21 - 08 - 20 2010

FEDECHIMIE CGTFO

 

REVUE DE PRESSE

 

Semaine 33 du 16 au 21 - 08 - 20 2010

 

 

 

 

Cliquer ci-dessous pour ouvrir le document

FORMAT PDF

 


FEDECHIMIE CGTFO - Semaine 32 du 09 au 14 - 08 - 20 2010

 

FEDECHIMIE CGTFO

 

REVUE DE PRESSE

 

Semaine 32 du 9 au 14 - 08 - 20 2010

 

 

 

 

Cliquer ci-dessous pour ouvrir le document

FORMAT PDF

 


FEDECHIMIE CGTFO - Semaine 31 du 02 au 07 - 08 - 20 2010

CONFEDERATION GENERALE DU TRAVAIL

 

 

 

 

FEDECHIMIE CGTFO

 

REVUE DE PRESSE

 

Semaine 30 du 26 au 31 - 07 - 20 2010

 

 

 

 

Cliquer ci-dessous pour ouvrir les documents

FORMAT PDF


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site