Confédération FORCE OUVRIERE

Premier plan

PARUVENDU: 1.650 SALARIÉS SUR LE CARREAU

 

ATT1.gifLe tribunal de commerce de Lyon doit se prononcer aujourd’hui même sur la liquidation de ParuVendu (deux entreprises Comareg et Hebdoprint), soit 1.650 salariés concernés qui vont être licenciés.

La confédération Force Ouvrière tient à assurer de son soutien les camarades et les salariés qui ont tout fait et se sont battus jusqu’au bout pour trouver une issue à cette situation.

FO regrette qu’aucune solution n’ait été trouvée et qu’en absence de repreneur, la liquidation soit la seule issue, au mépris des salariés concernés.

D’une manière générale, FO dénonce la multiplication des plans sociaux qui concernent de plus en plus de salariés sans que de véritables solutions soient proposées et sans contraintes sévères pour les entreprises concernées. 

PORTAGE SALARIAL : UNE FIN DIGNE DU THÉÂTRE DE BOULEVARD!

/// COMMUNIQUÉ DATÉ DU VENDREDI 25 JUIN 2010

 

 

La Confédération Force Ouvrière a confirmé hier qu’elle ne signerait pas le projet d’accord sur le portage salarial.

Tout au long de cette négociation la cgt-FO a tenu une position cohérente, dans le droit fil de l’accord du 11 janvier 2008 sur le marché du travail et dans celle du législateur, qui a créé l’article 1251-64 du Code du travail dans le chapitre consacré au travail temporaire (loi du 25 juin 2008). C’est pourquoi, la Confédération ne souhaitait pas, comme d’autres, créer un CDI de portage salarial qui viendrait percuter le CDI de droit commun, risquant par la même de créer de multiples contentieux et affaiblissant la lisibilité de la relation salariale.

Si FO a toujours reconnu les avancées du texte au regard du vide juridique qui existait auparavant, elle rejoint le Prisme, lorsque ce dernier estime que « les partenaires sociaux ont fait preuve d’innovation sociale », surtout sur la forme !

Entre fausses sorties, fausses rentrées, effets de manche et rebondissements surprises, la fin de la négociation a surtout été digne d’une mauvaise pièce de boulevard, retour nostalgique des grandes heures d’au théâtre ce soir !

Rappelons, à titre anecdotique, que la dernière réunion de la commission mixte paritaire, a eu lieu le 03 mai 2010. Depuis plus rien ! La soi-disante innovation sociale passe aussi par le respect du droit de la négociation collective (notamment l’obligation faite de réunir l’ensemble des syndicats dès qu’un nouveau texte est proposé), ce que semblent avoir quelque peu oubliées les parties prenantes à l’accord.

Au-delà de cette conclusion vaudevillesque qui pourrait prêter à sourire, FO s’inquiète de l’insécurité juridique créée par ce texte et fera part de ses observations et de son opposition aussi bien dans le cadre d’une éventuelle transposition législative que dans le cadre de l’extension de l’accord.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site